Conseiller du Président Diori
Du blé Manitoba n°4

Au départ, l’aide du Canada au Niger sera plutôt modeste. Elle avait été offi­cia­li­sée lors de la tour­née de M. Lionel Chevrier _haut-fonc­tion­naire cana­dien_ en Afrique fran­co­phone, en mars 1968, c’est-à-dire huit mois après le dis­cours du géné­ral de Gaulle. En décem­bre 1968, M. Paul Martin [1], leader du Sénat, effec­tuera une seconde tour­née et sera reçu à Niamey avec des mani­fes­ta­tions d’amitié.

Au fil des ans, cette coo­pé­ra­tion sera jalon­née de très nom­breux apports cana­diens dans tous les domai­nes, cultu­rel, minier, agri­cole, etc. Mais sur­tout de réa­li­sa­tions impor­tan­tes pour le déve­lop­pe­ment économique et le ren­for­ce­ment de l’unité natio­nale du Niger. Par ailleurs, de nom­breux pro­jets, comme l’exploi­ta­tion de la mine de char­bon de l’Aïr, la mise en valeur de la Komadougou, l’amé­na­ge­ment hydro-agri­cole du péri­mè­tre sucrier de Tillabéry, la créa­tion d’un rideau fores­tier pour conte­nir l’avan­cée du désert, etc, étaient en chan­tier en avril 1974...

De toutes ces affai­res, celle dite du « don de blé cana­dien » fut l’une des plus mou­ve­men­tées et devait tour­ner à l’épreuve de force avec Paris.

En juillet 1968, je suis envoyé en mis­sion au Canada pour tâter le ter­rain après la venue au pou­voir de l’équipe Trudeau. Là, un lobby proche du parti libé­ral me fait entre­voir la pos­si­bi­lité pour les pays fran­co­pho­nes de l’Afrique d’obte­nir, dans l’immé­diat, des dons en blé. Par une lettre datée du 29 juillet, j’en informe le pré­si­dent Diori, et je fais de même avec le pré­si­dent Houphouët-Boigny.

Le chef d’État ivoi­rien s’abs­tient de toute réac­tion. Diori Hamani, lui, mul­ti­plie aus­si­tôt ques­tions et contacts. J’y réponds de mon mieux.

En consé­quence, le 10 sep­tem­bre, l’ambas­sa­deur du Niger à Paris me fait par­ve­nir une lettre me deman­dant d’enga­ger les négo­cia­tions pour l’obten­tion d’une « pre­mière livrai­son de 10 000 (dix mille) tonnes

1 2 3 4 5 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site