Conseiller du Président Diori
Le paramètre sentimental

Rares sont les ambas­sa­deurs et diplo­ma­tes étrangers qui ont su gagner l’estime, la confiance et l’amitié du pré­si­dent Diori. Deux d’entre eux étaient des repré­sen­tants de l’État d’Israël.

Le pre­mier s’appelle Yosip Hadass. Il repré­sente son pays à Niamey quand éclatent, au début de décem­bre 1963, l’équipée du capi­taine Diallo bien­tôt suivie d’inci­dents fron­ta­liers entre le Niger et le Dahomey, inci­dents qui pré­cè­dent de quel­ques mois la ten­ta­tive du Sawaba de créer des maquis en ter­ri­toire nigé­rien.

La démons­tra­tion de force du capi­taine Diallo, toute déri­soire qu’elle est, apporte la preuve que le gou­ver­ne­ment ne peut comp­ter sur l’appui de l’armée [1] en cas de sub­ver­sion. Pour sup­pléer aux forces armées défaillan­tes, le Parti pro­gres­siste nigé­rien décide de créer ses pro­pres mili­ces. Pour les armer, le pré­si­dent Diori s’adresse au gou­ver­ne­ment fran­çais qui fait la sourde oreille : à Paris, on n’aime pas que des civils armés s’occu­pent de pro­blè­mes de main­tien et de réta­blis­se­ment de l’ordre.

M. Diori Hamani s’adres­sera alors au chargé d’affai­res israé­lien qui, avec une dili­gence au-dessus de tout éloge, four­nira les quel­ques dizai­nes d’armes auto­ma­ti­ques légè­res deman­dées.

Au moment de la ten­ta­tive de créa­tion de maquis par Djibo Bakary, l’armée étant tou­jours, depuis l’affaire Diallo, en proie à une « désor­ga­ni­sa­tion pas­sa­gère », la milice jouera un rôle pré­pon­dé­rant dans la riposte aux sawa­bis­tes.

L’amitié du Président pour Yosip Hadass ne se démen­tira jamais.

Le second est Yehoshua Rash. Il diri­geait en Israël un kib­boutz de gauche. Homme simple, intel­li­gent, d’une grande finesse et à la cha­leur com­mu­ni­ca­tive, il n’a aucune des tares des diplo­ma­tes pour la bonne raison qu’il venait direc­te­ment de sa ferme coo­pé­ra­tive.

Pourtant, son succès paraît aléa­toire à son arri­vée au Niger. Il pré­sente en

1 2 3 4 5 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique