Conseiller du Président Diori
Le combat pour la revalorisation du prix de l’uranium

De 1960, date de l’acces­sion du Niger à l’indé­pen­dance, au coup de force du 15 avril 1974 qui devait l’éloigner de la scène poli­ti­que afri­caine, le Président Diori a lutté d’arra­che-pied pour obte­nir l’explo­ra­tion du sous-sol nigé­rien, la mise à jour et l’exploi­ta­tion de ses riches­ses, au mieux des inté­rêts de son peuple. Il était prêt à pren­dre tous les ris­ques, et il les a effec­ti­ve­ment pris, sans jamais en sous-esti­mer les consé­quen­ces. Je suis bien placé pour en porter témoi­gnage.

En 1966, dès notre pre­mière entre­vue en tête-à-tête, le pré­si­dent Diori m’avait montré qu’il ne se fai­sait guère d’illu­sions sur le deve­nir de son pays. Pour lui, il s’agis­sait de « tenir » jusqu’à la maté­ria­li­sa­tion des pro­mes­ses du sous-sol nigé­rien, et en par­ti­cu­lier de l’ura­nium, seule capa­ble de per­met­tre le décol­lage économique et social du Niger.

Huit années durant, il essaiera obs­ti­né­ment d’accé­lé­rer le pro­ces­sus de valo­ri­sa­tion du sous-sol. Pour ce faire, il mul­ti­pliera les ini­tia­ti­ves pour contour­ner ou sur­mon­ter les obs­ta­cles accu­mu­lés par les textes et les inté­rêts de la puis­sance tuté­laire. Il redou­blera encore d’efforts quand, au début des années 70, une longue période de séche­resse débou­chera sur la famine. Enfin, dans le contexte de la hausse ver­ti­gi­neuse du prix du brut, qui passe de 2,48 dol­lars le baril en décem­bre 1971 à 11,65 dol­lars deux ans plus tard, il croira pos­si­ble de forcer la main de son par­te­naire fran­çais et d’obte­nir ce qu’il pen­sait être dû à son pays.

Il sera ren­versé par un quar­te­ron d’offi­ciers, à qua­rante-huit heures de la réu­nion déci­sive des délé­ga­tions nigé­rienne et fran­çaise.

À l’ori­gine, on trouve l’accord-butoir de défense du 24 avril 1961 liant trois des pays de l’Entente à la France. Ce docu­ment de base régit les rela­tions franco-nigé­rien­nes en matière d’ura­nium. Son annexe II sti­pule en effet que « La République du Niger, la République du Dahomey, et la République de Côte d’Ivoire...

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site