Conseiller du Président Diori
Annexe J
« CÔTE D’IVOIRE : MISE AU POINT DE JACQUES BAULIN »

Afrique-Asie a donc décidé d’entrer, à son tour, en scène, pour par­ti­ci­per à la cam­pa­gne dif­fa­ma­toire lancée contre moi par le « Journal du Dimanche », et reprise par le « Quotidien de Paris ». Sur fond de « ten­ta­tive de dés­ta­bi­li­sa­tion du régime ivoi­rien », les deux jour­naux ten­taient de me déni­grer. Non seu­le­ment vous leur emboî­tez le pas, mais vous allez semble-t-il, encore plus loin dans la voie de la calom­nie. je me dois de parer, aujourd’hui comme hier, aux coups bas, même si je n’ai aucune envie de m’enga­ger dans une polé­mi­que que je n’ai ni voulue, ni ini­tiée.

L’apport d’Afrique-Asie à cette cam­pa­gne se pré­sente sous un jour par­ti­cu­liè­re­ment veni­meux. En effet, dans une phrase confuse à des­sein, et dont je cons­ti­tue le per­son­nage cen­tral, M. Perret cite également le fils du pré­si­dent Diori Hamani, pour conclure : «  il serait allé en (sic) Nigeria recru­ter des volon­tai­res pour la Légion isla­mi­que du colo­nel (Kadhafi). » Cette ambi­guïté rédac­tion­nelle m’amène à croire que l’auteur de l’arti­cle, tout en cher­chant à me char­ger de ce pêché que je ne suis pas prêt à com­met­tre, se réserve une porte de sortie en cas de procès en dif­fa­ma­tion. Je le dis tout net, sauf pré­ci­sion claire de votre part au sujet de ce pronom, et en dépit de l’emploi du condi­tion­nel, je consi­dé­re­rai être la seule per­sonne mise direc­te­ment en cause. Quant à la Libye, sachez, à toutes fins utiles, que mon unique séjour dans ce pays remonte à octo­bre… 1971 : je fai­sais alors partie d’une délé­ga­tion offi­cielle nigé­rienne conduite par le minis­tre Mouddour Zakara. De plus, je n’ai jamais ren­contré Kadhafi, je n’ai mis per­sonne en rela­tion avec lui, me sent inca­pa­ble de recru­ter ou même de fré­quen­ter des mer­ce­nai­res (de toutes natio­na­li­tés), et à for­tiori des ter­ro­ris­tes. C’est une ques­tion d’éthique per­son­nelle, mieux, de

1 2 3 4 5 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique