Conseiller du Président Diori
Annexe D
le 17 avril 1986, j’envoie au « Journal du Dimanche » une lettre accompagnée de ma réponse aux élucubrations du Ministère ivoirien de l’Information. En voici le texte complet.

Réponse au minis­tère ivoi­rien de l’Information

Avant de rele­ver le carac­tère calom­nieux de l’atta­que fron­tale du minis­tère de l’Information de Côte d’Ivoire, il me faut pré­ci­ser qu’elle se situe dans un contexte des plus curieux.

Ainsi, vingt quatre heures avant la for­ma­tion du gou­ver­ne­ment de M. Chirac, un ancien offi­cier de police devenu jour­na­liste me deman­dait une entre­vue pour dis­cu­ter de mon « action dés­ta­bi­li­sa­trice en Côte d’Ivoire ». Le len­de­main, un gen­darme, parmi les plus célè­bres, se pré­sen­tait aussi comme jour­na­liste pour m’entre­te­nir du même sujet. Quarante huit heures encore et parais­sait un arti­cle inti­tulé « Foccart de retour » me qua­li­fiant de « plus farou­che adver­saire d’Houphouët-Boigny » et lais­sant enten­dre que « le gou­ver­ne­ment Chirac » s’y inté­res­se­rait à bref délai (?). Cet inté­rêt inu­sité m’a amené à réta­blir les faits, à savoir que j’avais été conseiller du Président de la Côte d’Ivoire, poste dont j’avais démis­sionné parce qu’hos­tile à sa poli­ti­que pro-bia­fraise, et que je m’étais limité à écrire deux ouvra­ges de carac­tère his­to­ri­que.

En réponse, le minis­tre nie ma qua­lité de conseiller, ce qui touche à l’absurde. La vieille garde ivoi­rienne et les diplo­ma­tes en poste alors savent que j’étais, toute modes­tie mise à part, non pas « conseiller », non pas un conseiller, mais le conseiller du Président, même s’ils igno­raient sou­vent, à l’époque, l’étendue des res­pon­sa­bi­li­tés mul­ti­for­mes qui m’avaient été confiées et que j’expose dans mes deux livrés pré­ci­tés.

Quant à la raison de mon départ, elle figure dans ma lettre « de démis­sion de mon poste de conseiller » adres­sée au pré­si­dent Houphouët-Boigny et datée du 23 avril 1969.

1 2 3 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique